France Digitale célèbre ses 5 ans !

France Digitale Day

France Digitale organisait un #FDDay intitulé <un/conference> pour souligner ses 5 ans d’existence. Retour sur deux journées parisiennes riches en rencontres ! 

France Digitale MatignonPour lancer le France Digitale Day, quelques participants se sont retrouvés à Matignon le lundi 25 septembre, autour des lauréats du Pass French Tech. Séances photo et réseautage étaient au programme, ainsi qu’un discours du Premier Ministre Edouard Philippe, qui n’a pas manqué de souligner que les femmes étaient largement sous-représentées dans l’assistance.

Le lendemain après-midi, le rendez-vous était donné au magnifique Musée des Arts Forains, pour un après-midi de conférences autour de plusieurs scènes : la scène principale, la scène des experts, et la scène de l’European Digital Summit. Les places étant disputées autour de la scène principale, c’est là que je suis restée ! Voici ce que j’ai retenu de l’après-midi.

 

L’implantation aux USA pour développer sa startup

Nicolas Dessaigne, CEO d’Algolia, et Florian Douetteau, CEO de Dataiku, étaient sur scène pour témoigner de leur lancement aux Etats-Unis. Ils ont souligné deux enjeux importants pour réussir : le premier, qui semble aller de soi mais n’est pas si simple, est de s’assurer d’un bon market fit du produit ou service pour les Etats-Unis. Sans cela, il est évident que le développement sera difficile.

Le deuxième enjeu, tout aussi crucial mais peut-être moins évident, est le recrutement. En effet, les startups françaises, encore moins connues que les jeunes pousses locales, peinent à recruter des talents et se retrouvent souvent avec des “moins bons” employés, ce qui est toujours handicapant lorsque l’on a un effectif réduit…! Ironiquement, l’un des deux entrepreneurs met en garde l’assistance : “lorsque j’ai recruté une équipe de vente, j’ai vu à quel point les jeunes américains savaient se vendre ! Malheureusement, je me suis vite rendu compte que c’était du vent…”. Se vendre soi-même oui, mais vendre des produits ou services, bof…!

Selon les deux entrepreneurs, il ne faut donc pas s’alarmer : il est fréquent qu’une startup française qui s’établit dans la Silicon Valley grandisse, puis que l’effectif retombe drastiquement avant de re-décoller. Cela semble être un passage obligé pour recruter les meilleurs !

 

Musée des Arts Forains

La cyber sécurité : un vrai sujet pour les startups

Une des conférences qui a marqué l’après-midi était celle sur la cyber-sécurité, avec entre autres le blogueur auvergnat Korben ! Si l’on pourrait croire qu’elles sont moins menacées que les grands groupes, les startups manipulent des données personnelles et notamment des données bancaires ! Ces données doivent être protégées, et les startups ne sont pas à l’abri des menaces de hacking !

La cyber-sécurité est donc primordiale pour les startups, et peut même devenir un argument de vente : rien de tel pour rassurer les clients. Rien de tel qu’un bouche-à-oreille négatif pour tuer une startup en cas d’attaque ! Les investisseurs peuvent aussi apprécier que la sécurité soit mise en avant. Pensez donc à prendre des mesures de protection avant la levée de fonds !

Pour ce faire, les campagnes de bug bounty sont très utiles, accessibles, et faciles à mettre en place. Dans un premier temps, on opte plutôt pour des campagnes “fermées”, dans lesquelles ont soumet la plateforme ou l’appli à une communauté spécifique comme Bounty Factory, que l’on rémunère (minimum 50€ / bug détecté). Une option à ne pas négliger !

 

La RSE, option accessible pour maximiser son impact

Après le hacking, nous sommes passés à un sujet qui peut lui aussi évoquer les grands groupes : la Responsabilité Sociale des Entreprises, ou RSE. Des témoignages de Tiffany Apczinski, responsable RSE de ZenDesk et Thierry Petit, fondateur et CEO de ShowroomPrivé, ont montré qu’il est possible de s’impliquer dans sa communauté locale dès le démarrage d’une entreprise.

Un argument avancé par les deux témoins du jour est qu’il ne s’agit pas d’une source de coût, mais plutôt d’un investissement : les programmes RSE peuvent créer de la valeur pour les employés en générant plus d’engagenement, valoriser l’image de l’entreprise et plaire aux investisseurs ainsi qu’à la communauté qui entoure l’entreprise (quartier, ville, région…).

En effet, selon Tiffany Apczinski, la culture “ping-pong & hoodies” ne dure qu’un temps et peut devenir toxique : il est préférable d’engager les employés dans des actions concrètes, comme le fait ShowroomPrivé avec sa fondation, qui œuvre sur les thématiques d’éducation et d’insertion dans la vie professionnelle. Une startup peut réfléchir à toutes sortes d’actions, pourvu qu’il y ait une cohérence avec son activité ou son lieu de vie : du mentorat professionnel auprès de jeunes en difficulté à la plantation d’espaces verts, il existe une foule d’opportunités pour avoir un impact positif !

 

Une fête réussie !

FDDay_PartyUne table ronde autour de l’Intelligence Artificielle a ensuite attiré un public nombreux, et pour cause. Des têtes d’affiches, dont Cédric Villani et Laurent Alexandre, ont échangé avec beaucoup d’entrain sur l’impact de l’IA sur l’éducation : un débat passionnant !

Pour clore l’après-midi avant l’entrée en scène du gâteau d’anniversaire et du DJ, Mounir Mahjoubi a parlé de diversité dans le monde des startups, comme un écho à l’intervention de M. Edouard Philippe la veille. Un crédo : “il faut plus de diversité dans les startups”, a-t-il lancé, en citant le Hacker’s Manifesto – “we are all alike”.

 

Bravo à France Digitale pour l’organisation de cette superbe journée, qui a permis de revoir des connaissances provenant de partout en France, et de parler du Bivouac au-delà de notre belle région ! 

 

La French Tech Clermont-Ferrand