Maïté Butaije rejoint l’équipe du Bivouac !

Maïté Butaije a rejoint l’équipe du Bivouac début 2017. Elle accompagne les startups de l’accélérateur, en complémentarité avec Sylvain Poisson.

Maïté ButaijeLa question entretien d’embauche : « parle-nous de toi », Maïté 😊 Plus sérieusement, quel a été le parcours qui t’a amenée au Bivouac ?

Je suis belge, j’ai étudié en Belgique en école de communication.

Sortie de l’école, j’ai travaillé à mon compte sur la réalisation d’un documentaire radio avec des jeunes de quartier en Belgique, à propos de l’entrepreneuriat et de la « débrouille » dans les quartiers défavorisés. Suite à sa diffusion, des amis congolais nous ont fait part de leur intérêt pour communiquer sur les enjeux de société locaux, et le concept a été dupliqué à Kinshasa. Les médias sont un super moyen de donner la parole aux gens et de les laisser s’exprimer sur les sujets qui les touchent. Or un grand nombre de jeunes à Kinshasa créent leur propre emploi pour payer leurs études : ils avaient beaucoup à dire. Bref, c’était un super projet, pour lequel nous avons du lever des fonds, et partir sur place pendant un mois, en immersion.

Au retour de Kinshasa, je souhaitais continuer à voyager. J’ai donc décidé de partir à Montréal, où j’ai travaillé comme chef de projet à l’Institut du Nouveau Monde pour les écoles d’été. Mon job était d’organiser de gros événements qui réunissent des personnalités et des experts, pour échanger sur des sujets de société (économie, social, entrepreneuriat…) avec environ 350 participants. J’y ai notamment rencontré Christine Renaud, qui lançait sa startup E-180. L’idée m’a intéressée, j’ai donc beaucoup travaillé avec elle sur le lancement de la startup et sur la stratégie marketing et commerciale. Cette expérience a été un réel déclencheur : je me suis rendue compte que le milieu de l’entrepreneuriat était fait pour moi, que je voulais accompagner des entrepreneurs dans leur développement.

De retour en France, j’ai donc refait une année d’études à l’EM Lyon au Master Spécialisé Entreprendre. Ça m’a permis de structurer, formaliser ce que j’avais appris sur le terrain, par l’expérience. Ça m’a beaucoup aidée. J’ai ensuite été associée chez Permigo, startup incubée à l’EM Lyon. Instinctivement, j’ai plutôt pris un rôle d’accompagnement au sein de l’entreprise. Grâce à cette expérience, j’ai vu que le modèle actionnarial ne me convenait pas, je ne me sentais pas de prendre autant de risques. J’ai donc décidé de sortir et je suis passée du côté accompagnement, auprès d’autres startups incubées à l’EM Lyon.

Il y a quelques temps, une amie m’a parlé de l’offre d’emploi au Bivouac, et j’ai totalement flashé dessus ! ça devait faire 7 ans que je cherchais un job de ce type !

Comment se passe ton acclimatation en Auvergne ?

Très bien, j’avoue que je n’ai pas encore eu le temps de visiter, j’ai hâte de découvrir. Je passe pas mal de temps au Bivouac et avec ma famille. Je trouve que les gens sont très sympas et humbles, donc ça facilite l’intégration ! Et le Saint-Nectaire… miam !!!

Quel est ton rôle au Bivouac ?

Accompagner les startups. Nous travaillons avec Sylvain avec toutes les startups, selon nos compétences, même s’il y a un certain nombre de startups pour qui je suis « référente ». Bien sûr, mon parcours en startup et mon passé en comm et marketing me permettent de les aider spécifiquement sur ce plan-là, ainsi que sur le développement commercial.

Concrètement, j’essaye de rencontrer régulièrement les startupers et de les orienter dans leur développement. La première étape est d’évaluer l’état d’avancement de l’équipe, ce qui permet ensuite d’évaluer les besoins. En fonction, on organise des workshops sur mesure avec des experts de notre écosystème. Si besoin, je vais aussi mettre en relation les startups avec des prestataires ou des experts, à l’extérieur du Bivouac. Mon objectif global, c’est de faire intervenir la bonne personne au bon moment pour les guider au mieux et les faire avancer dans leur développement.

Quels sont tes points forts pour réaliser cette mission ?

Beaucoup d’écoute ! ça peut sembler banal mais je crois que c’est important, ne serait-ce que pour identifier les besoins des entrepreneurs.

Tous sont différents mais je les aime tous beaucoup, et forcément ça a un impact : je fais tout pour les accompagner au mieux. Je donne toujours le maximum pour trouver LA bonne personne pour aider sur chaque sujet, l’interlocuteur adapté pour chaque situation.

Dans un autre ordre d’idée, le fait d’avoir travaillé dans un pays anglo-saxon m’a permis d’être sensibilisée à l’expérience utilisateur, peut-être plus que si j’étais restée en France.

Le conseil que tu répètes le plus aux startups ? 

Co-créez vos produits et services avec vos clients ! Le problème client doit devenir une obsession : c’est un de mes coach qui me l’a dit un jour, et je trouve ça très vrai. C’est le client qui a les réponses, pas les coachs ! il faut donc être le plus proche possible d’eux pour les comprendre. Ça permet de peaufiner la proposition de valeur et l’expérience client !

Au Bivouac, on met des émojis licorne partout. Toi, quel est ton superpouvoir ?

Connecter les gens ! il m’arrive souvent de recevoir des appels d’un peu partout où je suis passée, pour me demander si je connais quelqu’un qui fait telle ou telle chose. On dirait que c’est le souvenir que les gens gardent de moi.

Outre le fait que tu adores tes collègues, qu’est-ce qui te motive à venir au travail le matin ?

Je suis très engagée pour les femmes et les hommes qui créent de l’emploi. J’admire beaucoup ce qu’ils font, surtout dans ce contexte. Je veux apporter ma pierre à l’édifice (en toute humilité !), booster les startups, les encourager à continuer. Pour moi ça a du sens. J’aimerais que toutes les startups du Bivouac réussissent, c’est-à-dire qu’elles puissent vivre de leur activité, et idéalement créer de l’emploi.

Justement, c’est le Good Morning ce matin. Thé ou café ? Chouquette ou beignet ?

Café / beignet !

ASM, Clermont Foot ou Sangliers Arvernes ?

Peut-être le hockey, ça me rappelle le Canada 😉 Mais j’espère aller très bientôt voir l’ASM !

La French Tech Clermont-Ferrand