Piloter sa Ferme dans la plus grande ferme de France

Début mars se tenait le Salon International de l’Agriculture à Paris. Piloter sa Ferme, startup Agritech du Bivouac, était présente sur le stand de la Ferme Digitale. On est revenu avec eux sur leur participation. L’occasion d’aborder leur actu, leurs défis, et leur évolution, un an après notre appel à projets Agritech.

Vous étiez présent cette année sur le SIA dans l’espace de la Ferme Digitale pour la deuxième fois. Quels sont vos premiers retours ? 

C’est un salon grand public, donc pas cœur de cible pour nous au départ. Nous avions plutôt fondé notre présence sur de la notoriété, des relations publiques. Notre positionnement dans le hall professionnel nous a permis de nombreux échanges intéressants avec quelques clients et prospects, mais aussi des institutionnels, grands comptes. Nous avons pu faire de la veille et rencontrer des agriculteurs.

Le salon nous a également permis de présenter la V3 du service de Piloter sa Ferme, qui correspond à l’aboutissement du projet que nous avions pensé quand nous avons créé la startup : un outil entièrement personnalisé. D’après ce que nous connaissons du marché, c’est une solution unique au monde !

Nous étions donc en mode béta test avec nos clients et prospects chauds. Ils nous ont permis de valider l’interface UX que nous avons développé avec des partenaires locaux et nationaux, et l’adéquation du produit avec les besoins utilisateurs. Les retours ont été très satisfaisants.

Nous avons également vu beaucoup de journalistes, très intéressés par notre positionnement sur l’intelligence artificielle et l’intelligence économique. Nous ressentons qu’il y a un fort mouvement du monde agricole autour du numérique et gestion des risques. Nous avons reçu de nombreuses visites qui nous confirme ce ressenti et nous ont fait prendre conscience que nous sommes perçus comme des experts dans ce domaine. A titre d’exemple, en amont du salon, nous avons été conviés au premier colloque international sur la gestion des risques agricoles, organisé par la chaire Management des Risques Agricoles de l’école d’ingénieur UniLasalle de Beauvais. Pendant le salon, nous avons participé au séminaire de cadres Top Management Groupama, dans le cadre de leur réflexion sur les services à présenter aux agriculteurs d’ici 2020.

Des visites de décideurs politiques ?

Oui, nous avons rencontré Mounir Majhoubi, Secrétaire d’Etat au Numérique, avec qui nous avons pu échanger sur les enjeux du numérique, et de l’IA pour la création de valeur dans l’agri française dans un contexte de concurrence mondiale aiguisée. Ces échanges nous confirment que notre solution est adaptée aux besoins de demain.

Quelle est la plus-value du SIA  pour votre startup ?

Nous avons pu entretenir ou nouer des contacts avec des prospects, notamment avec des grands comptes (coopératives, négoces, banques, assureurs, institutions agricoles, organismes de recherche). Ils ne sont pas nos clients originels, et ouvrent de nouvelles perspectives pour le développement de Piloter Sa Ferme.

Notre emplacement dans le salon était pertinent (Piloter sa Ferme était sur l’espace de la Ferme Digitale), car nous sommes identifiés comme innovants en étant dans la partie agriculture 4. 0.

En marge du salon, nous avons pu participer à des réunions qui nous permettent d’envisager notre développement à l’international, notamment en Ukraine, où un gros projet tech est en train d’être développé. Ce sont des occasions importantes pour commencer à envisager des développement au-delà de nos frontières nationales.

Un an après votre participation à l’appel à projets Agritech, qui vous a permis d’entrer dans le programme d’accompagnement du Bivouac, quelles sont les principales évolutions de Piloter Sa Ferme ? 

Le nombre de nos clients a été multiplié par 3, passant de 300 à 1000 aujourd’hui. Notre communauté a beaucoup grossi, nous avions 450 abonnés à notre newsletter, aujourd’hui, ils sont 1200 a la recevoir.

Nous sommes sortis de notre clientèle initiale (agriculteur) et commençons à travailler avec des grands comptes.

Quels sont les défis de Piloter sa Ferme pour 2018 ? 

Avoir 50 000 utilisateurs !!!

Plus sérieusement, nous avons besoin d’évangéliser nos potentiels utilisateurs (les agriculteurs), qui ne sont pas utilisateurs naturels de fintech.

Grâce au Bivouac, nous avons beaucoup échangé avec des partenaires et avons pris conscience qu’il est nécessaire d’élargir notre offre de services pour pouvoir croître.

L’automatisation du back office et une partie de la vente sont également au menu de notre programme 2018, pour être prêt à la croissance.

Nous allons continuer notre développement en mode startup, avec de nouveaux canaux d’acquisition et en incluant plus

de marketing, de la communication, en retravaillant notre site Internet, pour vraiment nous digitaliser.

Nous devons réussir notre mue pour rendre notre modèle scalable.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du Bivouac pour vous aider dans votre développement ?

Pouvoir avoir des avis extérieurs permettant de prendre du recul sur ce que nous faisons, trouver des réponses à nos questions sur des thématiques juridique ou sociales.

Un dernier mot ?

Être lauréats de l’appel à projets Agritech et intégrer Le Bivouac nous a vraiment aidé dans notre avancée. Nous avons gagné en visibilité, nous avons eu accès à de nombreuses entreprises, des compétences qui nous ont vraiment permis d’avancer plus vite. Et notre crédit est renforcé auprès des financeurs.

 

La French Tech Clermont-Ferrand