Startups : L'entrepreneuriat au féminin - Le Bivouac

Startups : L’entrepreneuriat au féminin

Le Bivouac fait partie des nouveaux signataires de la charte SISTA. Elle nous engage à favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes qui créent des entreprises innovantes, à travers des actions concrètes. Car à nos yeux, féminiser l’écosystème des startups est indispensable.

Les femmes sont le plus grand réservoir de talents inexploités au monde.

Le constat est dur. En 2019, seules 8% des startups en France sont fondées ou co-fondées par des femmes et elles ont 30% de chances en moins de lever des fonds par rapport aux équipes masculines. Ces chiffres, c’est le collectif SISTA,  créé par les entrepreneures Tatiana Jama et Céline Lazorthes, qui a permis de les compiler afin d’avoir un tableau fidèle à la réalité. Les femmes fondatrices et co-fondatrices de startups ne récoltent que 5% des fonds alloués chaque année aux jeunes entreprises innovantes par les fonds de capital risque français.

Et bien sûr cet état de fait ne date pas d’hier. Seuls 2,6 % des fonds déployés au cours des cinq dernières années par des VC français sont allés à des projets créés par des femmes et 9,1 % à des projets mixtes. Face à ce constat, le collectif de femmes entrepreneures et investisseures avait déjà obtenu en 2019 l’engagement  de plus de cinquante fonds de capital risque français à s’engager à plus de parité. Ils avaient signé la Charte SISTAxCNNum, co-construite par le collectif SISTA et le Conseil National du Numérique (CNNum).

En 2020, c’est au tour des fonds d’investissement venture des grandes entreprises (CVC) et aux accélérateurs (comprenant incubateurs, accélérateurs et réseaux d’entrepreneurs) de s’engager à leur tour aux côtés du collectif SISTA afin d’accompagner 50 % et financer 25% de startups fondées ou co-fondées par des femmes à horizon 2025.

Booster l’ambition des femmes et l’entrepreneuriat féminin

De nombreuses études pointent les biais cognitifs qui influencent nos jugements en matière de genre. Ainsi dans une tribune publiée sur Maddyness,  Carl-Alexandre Robyn, associé-fondateur du Cabinet Valoro, montre en quoi le pitch – passage obligé pour une levée de fonds – est un exercice en défaveur des femmes, à cause d’opinions préconçues.

Il mentionne une étude de 2014 qui a utilisé des slides et des scripts identiques, mais présentés par des hommes ou des femmes, avec ou sans photo du “présentateur” et de la “présentatrice”. Résultat, les pitchs exprimés par les hommes ont significativement obtenus de meilleurs résultats, que le jury soit féminin ou masculin.

Nous devons donc contribuer à faire changer les mentalités. Et cela passe bien sûr par les incubateurs et les accélérateurs qui sont les premiers contacts des jeunes entrepreneurs.res avec l’écosystème. Faire émerger des vocations, donner confiance, mettre en avant des modèles féminins nous aident à changer nos préjugés. Avec bien sûr, un engagement à faire une place plus équitable aux femmes dans l’écosystème.

Favoriser une culture en faveur des femmes entrepreneures fonctionne. Roxanne Varza, directrice de Station F, prend l’exemple de l’école 42 qui, avec une nouvelle directrice à sa tête depuis deux ans, est passée de 10% d’élèves féminines à 30%. Les cours ou les critères de sélection n’ont pas été changés, mais l’atmosphère oui.

Briser le plafond de verre du financement des entrepreneures

Bien sûr, il faut également lutter contre le plafond de verre financier. Voilà pourquoi la charte engage également des acteurs de l’investissement. Car là aussi il y a un biais que souligne Dunya Bouhacene, cofondatrice et dirigeante du Women Equity Program interrogée par Les Échos. 20 % des entreprises françaises, de tous secteurs, entre 4 et 150 millions de chiffre d’affaires, sont dirigées par des femmes mais elles représentent moins de 5 % des investissements, du capital amorçage jusqu’au capital transmission.

Un véritable manque à gagner tant pour les VC que pour l’économie comme le souligne dans le même article Sophie Nordmann, directrice générale des activités de private equity de Women Equity : “ C’est un échec à la fois pour l’industrie du capital-investissement, et pour l’économie en général. D’autant plus important que ces entreprises surperforment : les études montrent que leur EBE est supérieur de près de 3 points (soit un écart de 43 %) à la moyenne des entreprises comparables.

Voilà pourquoi Le Bivouac a choisi d’adopter la nouvelle charte portée par SISTA et La Boussole, et qui sera signée le 15 octobre prochain dans les bureaux de WILLA.  

Féminisation : next steps

Partant de ces constats, la charte établie par SISTA dresse une série d’actions à mettre en place par les CVC et accélérateurs qui visent à 

  1. Mesurer la place du genre dans nos portefeuilles
  2. Adopter des pratiques de recrutement plus inclusives
  3. Adopter des pratiques d’investissement plus inclusives
  4. Faire rayonner les bonnes pratiques dans l’écosystème (incubateurs, startups labs, etc).

Le Bivouac et les autres structures d’accompagnement signataires de la charte vont mesurer et suivre le nombre de candidatures de startups que nous recevons pour analyser le nombre de celles portées par des femmes ou co-fondées par elles. Et le nombre de candidatures féminines retenues.

Nous nous engageons également à mentionner explicitement que nos programmes et appels à candidature s’adressent également aux entrepreneures, avec un vocabulaire inclusif, des témoignages de femmes, une journée d’information dédiée, etc. Et d’élargir nos canaux de communication pour toucher plus de femmes.

Et bien sûr, nous nous engageons à appliquer des processus équitables de sélection et d’accompagnement des projets, en ajoutant un critère de parité/diversité dans nos grilles et en réunissant des jurys qui respectent la parité. L’objectif est de voir une progression constante dans le nombre d’entrepreneures accompagnées avec un objectif de parité pour 2025. Nous veillerons également à rediriger les entrepreneures non sélectionnées vers d’autres structures d’accompagnement plus adaptées.

Enfin nous nous engageons à promouvoir l’entrepreneuriat féminin, en mettant en avant les fondatrices, en mixant nos panels d’intervenant.s.es, et en organisant des évènements dédiés aux femmes. Nous sommes d’ailleurs fiers de compter déjà parmi les 40 startups que nous avons accompagnées une dizaine de startups portées ou co-fondées par des femmes, telles que Laou, Avec plaisir, docndoc ou encore equimov

Concernant la mixité des équipes d’accompagnement, Le Bivouac a déjà rempli ses engagements. Avec une équipe féminine à 50%, nous aidons les entreprises innovantes d’Auvergne Rhône Alpes à innover en faisant dialoguer et interargir les porteur.ses de projets et les grands groupes régionaux comme Michelin ou Limagrain.

Mesdames, bienvenue !

Soutenir l’entrepreneuriat féminin fait partie de nos valeurs depuis le départ, sans que nous l’ayons formalisé comme tel. Or, nous l’avons vu, nos préjugés et nos biais desservent cette cause et il est important d’affirmer nos convictions. 

Voilà pourquoi nous avons signé la charte SISTA. Nous voulons faire savoir aux porteuses de projet qu’elles seront les bienvenues au Bivouac. Toute l’équipe est fière de s’inscrire dans ce mouvement global : une économie numérique dirigée par un groupe diversifié de leaders, hommes ET femmes.