Comment faire un pitch gagnant devant des investisseurs?

faire un pitch gagnant devant les investisseurs

Comment faire un pitch gagnant devant des investisseurs- B. Gauthier

Lever des fonds pour une startup, ça ne se fait pas sans préparation, c’est long et laborieux, et demande un pitch deck bien ficelé !

Bertrand Gauthier, co-fondateur de Safy City, la startup qui assure la sécurité des touristes, est venu le 14 Mai au Bivouac parler de son retour d’expérience et donner de précieux conseils à tous ceux qui se lanceraient dans la préparation d’un pitch.

Histoire, Equipe, Marché : les 3 ingrédients fondamentaux de votre pitch !

«  Ne surtout pas rentrer dans la technique mais raconter une histoire en restant simple »  voilà ce qui est le maître mot du pitch, selon Bertrand Gauthier.

Véritable exercice de storytelling, le pitch doit sublimer la proposition de valeur de la jeune entreprise et susciter l’envie avant tout! «  Il ne faut surtout pas perdre de vue que l’investisseur n’est pas la cible du projet, ni son utilisateur. Il est juste nécessaire qu’il comprenne l’intérêt d’investir dans votre projet » précise B.Gauthier.

Le deuxième point central de votre pitch est votre équipe. A vous de la revendiquer comme étant la meilleure! Même si ce n’est pas toujours facile de la mettre en avant, il est nécessaire de le faire. L’équipe aussi doit raconter une histoire ! Mais avant de la constituer le chemin est parfois long. Il n’est pas toujours facile de recruter pour une startup. Comme pour les investisseurs, les offres d’emplois se pitchent pour attirer et être capable de répondre aux talents et leur donner envie !

Quant au marché, il est certainement le critère le plus important pour un investisseur. De l’écosystème dans lequel évolue votre entreprise, ses concurrents, à sa vitesse d’exécution, et son business model, il va vouloir tout savoir ! Quelle est la taille du marché cible ? Combien d’entreprises représente-t-il ? « La volumétrie de marché et le nombre de clients potentiels targetés sont des critères qui ne le laisseront pas insensible » explique B.Gauthier. Et les KPI…c’est le moment de ne pas les négliger: les forts (nombre de clients, coûts par clients, dépôts de brevets, nombre d’employés, les divisions projetées) comme les faibles (qualification de l’équipe, la cohérence équipe projet..).

Comme dirait Steve Jobs, sans aucun doute le meilleur storyteller de l’histoire : 3 idées, 20 mots, 20 slides et surtout une belle histoire pour un pitch réussit!